Accueil  ·  Nouvelles  ·  Les couloirs de la violence amoureuse à l'école secondaire Champagnat : un labyrinthe multimédia por

Les couloirs de la violence amoureuse à l'école secondaire Champagnat : un labyrinthe multimédia porteur de sens!

22 octobre 2015

 
Du 17 au 20 février 2015, plus de 450 élèves de l’école secondaire Champagnat et de l’École forestière de La Tuque ont visité Les couloirs de la violence amoureuse, un concept unique aux retombées insoupçonnées.

En quoi consistent Les couloirs de la violence amoureuse? Il s’agit d’un outil de sensibilisation interactif présenté sous forme d’un labyrinthe mesurant 20 pieds par 30 pieds et à l’intérieur duquel le jeune est plongé, pendant environ 40 minutes, dans un univers multimédia. Il y découvre, à travers l’évolution de la vie amoureuse d’un couple, les signes précurseurs de la violence amoureuse, son cycle, son évolution, les conséquences de cette violence, mais a également l’occasion de constater que des solutions existent et que des gens peuvent aider. Créé au Saguenay, le labyrinthe multimédia a pu être transporté à La Tuque grâce au travail acharné de Mme Chantale Désaulniers, intervenante jeunesse au Toit de l’amitié, une maison d’hébergement pour les femmes victime de violence, et de Mme Nadine Abboud, animatrice de vie spirituelle et d’engagement communautaire à l’école secondaire Champagnat.  


 
Le labyrinthe démontre, de façon interactive, chacune des quatre phases du cycle de la violence : 1. la tension, installée par l’agresseur, qui suscite de l’anxiété chez la victime; 2. l’agression qui provoque un sentiment d’outrage;
3. la justification qui amène la victime à se sentir responsable;
4. la rémission qui redonne l’espoir à la victime.
À l’entrée, une vidéo présente d’abord le début d’une relation amoureuse entre 2 jeunes. Dès ce moment, on sent déjà  qu’une sorte de tension s’installe. Suivent ensuite quatre couloirs différents où les élèves écoutent des messages sur un téléphone ou un répondeur, lisent le journal intime de la jeune fille, observent le contenu du casier du jeune homme, prennent connaissance des différentes pensées inscrites sur les murs. Le premier couloir décrit ce qui se passe dans la tête de la jeune fille, le deuxième montre ce qui circule dans la tête du jeune homme, le troisième présente le moment où la violence explose entraînant ainsi la rupture et le quatrième se termine avec l’arrestation et le jugement. À la fin du parcours, une dernière vidéo présente les jeunes après les thérapies et les prises de conscience. 


Les élèves, en groupe de 4 ou 5 personnes, étaient accompagnés par l’un des 32 intervenants formés pour l’occasion et effectuaient la visite selon un ordre de départ préétabli.

En plus des élèves de l’école secondaire Champagnat et de l’École forestière de La Tuque, des jeunes du La Tuque High School, du Centre d’amitié autochtone, du Carrefour jeunesse-emploi du Haut Saint-Maurice, de l’école de Wemontaci ainsi qu’une centaine de représentants de la population ont eu la chance de visiter le labyrinthe.

Parmi les accompagnateurs de marque, soulignons la présence de l’agente Julie Bergeron de la Sûreté du Québec, qui simulait, sur place, l’arrestation et le passage au tribunal : un impact garanti!

 
 
 
 

 
Chantale Désaulniers et Nadine Abboud Lebrun ont travaillé en étroite collaboration afin de préparer adéquatement les élèves. Elles ont en effet animé des rencontres sur les types de violence et le cycle de la violence amoureuse. Les élèves étaient ainsi plus en mesure de reconnaître les différentes phases lors de leur visite du labyrinthe. Leurs animations ont réellement porté leurs fruits, car l’activité a connu des retombées inattendues. Après avoir administré un prétest auprès des élèves, elles ont reposé les mêmes questions après la visite des couloirs. Il ressortait clairement que les élèves étaient en mesure de reconnaître la violence, d’identifier les types de violence ainsi que les différentes phases du cycle. Certains élèves ont même entrepris des démarches concrètes afin d’inciter des connaissances à dénoncer des situations de violence dont ils étaient victimes.  

Une équipe de TVA s’est également intéressée au projet. Elle s’est rendue à l’école pour filmer 4 élèves de 5e secondaire, Catherine Arseneault, Olivier Bergeron, Gabriel Lacombe et Laurence Vermette, pendant leur visite des couloirs. Elle a ensuite questionné les jeunes et réalisé des entrevues avec mesdames Dominique Poitras et Nadine Abboud Lebrun. Des extraits de ces enregistrements feront partie intégrante d’un documentaire intitulé Les filles et la violence qui sera diffusé sur les ondes de la chaîne Moi&cie aux dates et aux heures suivantes :

- Lundi 26 octobre : 16 h
- Jeudi 29 octobre : 19 h
- Vendredi 30 octobre : 8 h
- Dimanche 1er novembre : 13 h

Sur cette photo, on retrouve, de gauche à droite, les personnes qui ont rendu possible la réalisation de ce magnifique projet qui a nécessité un investissement important de plus de 5 000 $, notamment pour le transport et le démontage.

Mesdames Geneviève Banville, intervenante au CALACS, Manon Quessy, agente en réadaptation à l’école secondaire Champagnat, Sylvie Gauthier, infirmière scolaire au CIUSSS, Christiane Picard, intervenante au Centre régional de service en déficience intellectuelle et trouble envahissant du développement (CRDITED), Jule Samson, psychologue à l’école secondaire Champagnat, Maude Latraverse-L’Archevêque, intervenante jeunesse au Toit de l’amitié, Mélijade Proulx, stagiaire en travail social au CIUSSS, Vicky Lenseigne, intervenante au Centre d’amitié autochtone, Julie Bergeron, agent à la Sûreté du Québec, Nadine Abboud, animatrice de vie spirituelle et d’engagement communautaire à l’école secondaire Champagnat, Louise Roy, directrice à l’école secondaire Champagnat, Chantale Désaulniers, intervenante-jeunesse au Toit de l’amitié, Leslie Aubin, agente de sensibilisation à l’entrepreneuriat jeunesse au Carrefour jeunesse-emploi et conceptrice de la publicité, Emy Lachance, intervenante à l’Alter Égaux, organisme de justice alternative, Vicky Larose, conseillère à la réussite scolaire à l’École forestière de La Tuque, Michelle Lord, organisatrice communautaire au CIUSSS et Sharell Bolduc, intervenante IDEO au Carrefour jeunesse-emploi.


Les couloirs de la violence : une extraordinaire activité de sensibilisation très porteuse de sens!
 
 
Source :
Renée Jobin, coordonnatrice
Secrétariat général et Communications
Tél. : 819 539-6971, poste 2340
rjobin@csenergie.qc.ca
Information :
Nadine Abboud Lebrun, animatrice de vie spirituelle et d'engagement communautaire
École secondaire Champagnat
Tél. : 819 523-4505, poste 6232
nabboud@csenergie.qc.ca